Pagode_Tu_Dam

La pagode de Tu Dam

La pagode de Tu Dam est située à seulement 2km du centre-ville, dans le quartier de Trang An, ville de Huê, province de Thua Thien-Huê et a été fondée vers 1695 dans un site très pittoresque: surélevé, mais très vaste et très plat.

Tu Dam est une des plus importantes pagodes de Huê. Elle a été fondée par le Grand bonze Minh Hoang Tu Dung, un chinois appartenant à l’ordre de Thien, de la secte de Lam Te (34e rang). C’est lui qui a enseigné et donné ses certificats au bonze Lieu Quan, le premier représentant de l’ordre Thien dans le Sud.

Pour s’y rendre, il faut suivre la rue Dien Bien Phu, franchir le pont de Nam Giao et après la première pente, la porte de la pagode apparaît. La pagode est orientée vers le sud-est. Devant elle, le mont Kim Phung sert d’écran naturel. À gauche, on retrouve la pagode de Linh Quang et la maison de culte consacrée au patriote Phan Boi Chau. Derrière, on a la pagode de Thien Minh.

La pagode de Tu Dam a été construite suivant l’architecture d’une pagode de conférence (Chua Hoi) où le moderne et l’ancien se marient harmonieusement.

La porte Tam Quan (porte à trois entrées) de la pagode est haute et large. Au-dessous pousse un grand figuier, qui est né d’une branche prélevée sur l’arbre sous lequel Bouddha a atteint le Nirvana. C’est Mme Karpeies, présidente de la Société des études bouddhiques de France qui a rapporté cette branche d’Inde et l’a plantée sur le territoire de la pagode en 1936. La cour de la pagode est très vaste et chaque année, pour l’anniversaire de Bouddha, elle accueille jusqu’à un millier de pèlerins.

Le sanctuaire principal se compose du temple antérieur et de l’autel des fondateurs. Le temple antérieur est bâti sur une fondation de granit de 1,5m de haut. La toiture ancienne donne à la pagode un aspect imposant et solennel. Sur les pentes et les arrêtes de la toiture, on a plaqué des dragons déroulant mollement leurs volutes; leur symétrie ajoutant à la grâce et à l’harmonie de l’ensemble. Sous la toiture, on trouve des fresques décrivant la vie de Bouddha. Sur les colonnes du temple antérieur sont inscrites de longues sentences parallèles. Des tours à tambours et à cloches s’élèvent de chaque côté.

La pagode de Tu Dam est réservée à un culte unique, c’est pourquoi l’agencement intérieur du temple est plus simple que dans les autres pagodes de Huê. On y trouve la statue de Cakya Mouni assis sur son trône de lotus. Derrière le temple principal, on a la maison des fondateurs et celle des bonzes. La maison de réunion en cours de construction comprend 10 salles et 2 étages conformément aux critères d’une maison de conférence.

canons_Hue

Les neuf canons sacrés à Hue

Les neuf canons sacrés sont installés dans 2 bâtiments près de la porte The Nhon et de la porte Quang Duc, dans l’enceinte de la Citadelle de Huê, province de Thua Thien-Huê. Ce sont les neuf canons d’apparat et de culte qui n’ont jamais été utilisés pour la guerre.

Le 31 janvier 1803, Gia Long ordonna la réquisition de tous les objets en bronze et en laiton de la dynastie des Tây Son pour faire fondre neuf canons. La fonte fut achevée vers la fin du mois de janvier 1804 et on donna aux canons le nom des quatre saisons et des cinq éléments: métal, bois, eau, feu, terre.

Chaque canon fait 5, 10m de long et pèse plus de 10 tonnes. Leur fût porte des gravures très minutieuses et des inscriptions indiquant leur nom, leur poids, la manière de s’en servir, le procédé de fonte, le récit des luttes contre les Tay Son et la réquisition des objets en laiton et en bronze. Juste après leur fonte, les neuf canons furent installés au pied de la Cité Royale devant la porte Ngo Mon. C’est seulement sous Khai Dinh qu’on les a transportés à l’emplacement actuel.

Ces neuf canons n’ont jamais été utilisés pour la guerre; ils n’avaient qu’une valeur symbolique. C’était les génies gardiens de la Citadelle.

urnes_dynastiques_Hue

Les neuf urnes dynastiques à Hue

Ces neuf urnes dynastiques sont les plus grandes du Vietnam. Elles furent fondues en 1836, sous le règne de Minh Mang pour symboliser les pouvoirs de la famille royale.

Chacune porte le nom d’un empereur honoré dans le temple dynastique. Par exemple, l’urne Cao est dédiée au souverain fondateur The To Cao (roi Gia Long), l’urne Nhan, au roi Thanh To Nhan (roi Minh Mang), les urnes Thuong, Anh, Nghi, Thuan, et Tuyen sont dédiées respectivement aux rois Thieu Tri, Tu Duc, Kien Phuoc, Dong Khanh et Khai Dinh. Jusqu’en 1958, il n’y avait que 7 autels dans le temple dynastique, et donc, seulement 7 urnes. Les urnes de Du et Huyen n’existaient pas encore.

Les urnes furent disposées conformément à la configuration de l’autel: l’urne Cao, toute seule en avant et au centre, les autres alignées symétriquement de part et d’autre. Bien qu’elles paraissent semblables au premier regard, les neuf urnes diffèrent toutes en poids et en taille.

Chaque urne porte 17 motifs traditionnels vietnamiens comme les étoiles, les fleuves, les montagnes, la mer, les bateaux, les précieux produits maritimes ou forestiers du pays, etc. Sur l’urne Nhan sont représentés la rivière Parfums et le mont Ngu; sur l’urne Cao est gravé le canal Vinh Te, du fleuve de Saigon. Avec en tout 153 motifs, les 9 urnes constituent une véritable encyclopédie de la culture vietnamienne. Ce précieux héritage semble incroyablement bien préservé en dépit des aléas du climat et des innombrables guerres.

Plage_Thuan_An

La plage de Thuan An

La plage de Thuan An se trouve au district de Phu Vang, province de Thua Thien-Huê, à environ 13km de la ville de Huê et se niche dans l’estuaire où la rivière des Parfums se jette dans le lagon Tam Giang, puis dans la mer.

Au début du XIXe siècle, le roi Minh Mang donna ce nom de Thuan An (Paisible) à l’embouchure quand il commanda la construction du poste de Garde – Marine (Tran Hai) pour la défense de la ville de Huê.

Et l’on peut s’y rendre en 15 minutes de voiture. Du côté gauche de la route, s’écoule la rivière avec ses bateaux; du côté droit, défilent des habitations, des temples, des pagodes, des jardins et des champs. La plage de Thuan An est l’endroit idéal pour se détendre après la visite de la cité impériale et des tombeaux à Huê.

La plage est très fréquentée par les habitants de la région qui viennent prendre l’air et se baigner durant l’été, en particulier d’avril à septembre. Pour ceux qui sont toujours avides d’architecture, il est intéressant de visiter le temple Thai Duong et le temple de la déité de la Baleine.

Tombeau_Gia_Long

Le tombeau de Gia Long

Le tombeau de Gia Long se trouve sur la montagne Thien Tho, appartenant à la commune de Huong Tho, district de Huong Tra, province de Thua Thien-Huê.

Le tombeau de Gia Long est en réalité un ensemble de tombeaux contenant également les sépultures de plusieurs membres de la famille royale. Le complexe s’étend sur 42 collines, dont la plus haute est Dai Thien Tho.

Pour visiter le tombeau de Gia Long, on peut prendre un bateau pour remonter la rivière des Parfums sur quelques 18km et débarquer à l’embarcadère du tombeau même. On peut aussi suivre la route sur 16km, et de là, prendre un bateau à l’embarcadère de Kim Ngoc pour se rendre au tombeau.

Commencée en 1814, la construction du tombeau fut achevée en 1820. De la rive de la rivière des Parfums une route ombragée mène au tombeau, bordée de pins et de lilas du Japon à la cime élancée, dont le vert feuillage crée une atmosphère fraîche et paisible. Deux piliers majestueux annoncent l’entrée du tombeau.

Les tombeaux et les temples des rois défunts sont situés sur une colline plate, et de grande superficie. En avant, le Dai Thien Tho forme un écran naturel et, en arrière, 7 montagnes se dressent comme des défenses naturelles. À gauche, un groupe de collines forme le « Ta Thanh Long » (dragons bleus de gauche) et à droite les collines forme le « Huu Bach Ho » (tigres blancs de droite).

L’ensemble du tombeau se divise en 3 parties:

Au milieu, se trouve le mausolée du roi et de la reine Thua Thien. Après la cour d’honneur, il y a des rangées de statues majestueuses et 7 rangs de cours de cérémonie, mènent à l’enceinte du Buu Thanh, au sommet de la colline. C’est là que se trouvent la double sépulture, bâtie d’après le concept de « Can Khon Hiep Duc », symbole du bonheur et de la fidélité.

À droite c’est la zone de culte avec en son centre le temple Minh Thanh, voué au culte des mânes de l’Empereur et de la première Reine. Auparavant, s’y trouvaient également plusieurs objets de culte liés aux exploits guerriers de Gia Long.

À gauche, c’est le Bi Dinh. Il ne reste qu’une grande stèle où est gravée le texte « Thanh Duc Than Cong » composé par Minh Mang en hommage au roi père; les traits de gravure sont très fins et délicats.

On retrouve également dans cette nécropole les tombeaux de Quang Hung (2e femme du seigneur Hien Vuong Nguyên Phuc Tan), de Vinh Mau (femme du seigneur Nguyên Phuc Tran, de Toai Thanh (2e femme de Nguyên Phuc Luan, mère de Gia Long) et celui de Thien Tho Huu, de la reine Thuan Thien, mère de Minh Mang, à côté duquel se trouve le temple de Gia Thanh. Le tombeau de Gia Long offre un tableau saisissant qui s’ouvre sur un paysage de montagnes et de pinèdes.

Temple_de_la_Litterature

Le temple de la Littérature à Hue

Le temple de la Littérature est orienté vers le sud. Toutes les constructions architecturales principales furent bâties sur une terrasse d’environ 160m de côté et surélevée de 3m. Tout autour, il y avait une muraille de défense.

Sous le règne des seigneurs Nguyên, le temple de la Littérature a été bâti et déplacé 3 fois dans les villages de Trieu Son, Long Quan et Long Ho.

En 1808, Gia Long et la Cour décidèrent de choisir une colline basse en amont de la pagode de Thien Mu, sur la rive gauche de la rivière des Parfums, pour rebâtir ce temple de la Littérature majestueux et grandiose. À cette époque, l’école des Fils du Royaume (Quoc Tu Giam) a aussi été bâtie ici et elle a fonctionné jusqu’en 1908, avant d’être transférée à l’intérieur de la Citadelle. Les travaux de construction du temple de la Littérature commencèrent le 17 avril 1808 pour s’achever le 12 septembre 1808.

En tout, on comptait environ 50 constructions de toutes tailles, parmi lesquelles le temple de la Littérature (Temple dédié au culte de Confucius, de Tu Phoi, et des douze philosophes) et les deux bâtiments Dong Vu et Tay Vu (dédiés au culte des 72 sages et des anciens lettrés), le Than Tru (la cuisine), le Than Kho (l’entrepôt), le bâtiment To Cong, les portes Dai Thanh et Van Miêu. Tous ces bâtiments ont été construits en bois de lim (erythrophlaeum) et autres matériaux précieux. La structure et les arrangements architecturaux, ainsi que les décorations intérieures témoignent du même souci de majesté et d’élégance.

Le temple de la Littérature a subi des réparations à plusieurs reprises et a été agrandi par des constructions supplémentaires, en particulier sous Minh Mang et Thieu Tri. Sous le règne de Gia Long, la Cour n’avait pas encore mis sur pied les examens de Hoi (doctorat). Il n’existait que les examens de Huong (baccalauréat), c’est pourquoi il n’y a pas de stèle de docteurs datant de cette époque. À partir de Minh Mang, on instaura les examens de Hoi. Les stèles des « docteurs méritants » furent alors successivement érigées dans la cour du temple de la Littérature de 1831 à 1919, dernière année où fut organisé l’examen de « Hoi », sous le règne de Khai Dinh.

En plus d’un demi-siècle, la guerre et les intempéries ont ravagé le temple de la Littérature. Il ne reste plus, en tout, que 34 stèles, précieux vestiges de l’art, de la culture et de l’histoire.

Les 32 stèles de marbre des meilleurs lettrés reçus aux examens sont alignées en deux rangées de chaque côté de la cour. Elles reposent toutes sur des tortues, de marbre également. Ces stèles ne sont pas aussi grandes que celles du temple de la Littérature de Hanoi, mais sont plus régulières et leur forme ainsi que leurs décorations sont légèrement différentes. Elles portent les noms, l’âge et le lieu de naissance des 239 lettrés reçus aux examens de doctorat organisés sous le règne des Nguyên.

Sur deux autres stèles sont gravés des édits royaux. Celui de gauche, promulgué par Minh Mang le 17 mars 1836, décrète principalement que les énuques de la Cité interdite ne pouvaient prétendre au mandarinat. Celui de droite, promulgué par Thieu Tri le 21 décembre 1884, exposait que les parents du roi du côté maternel ne pouvaient occuper un poste de pouvoir.

Le temple de la Littérature de Huê est un ouvrage remarquable qui rappelle le goût pour l’étude, le respect pour le talent et l’érudition qui ont forgé des générations d’intellectuels vietnamiens.

Parc_National_Bach_Ma

Le Parc national de Bach Ma

A environ à 50 km au sud de Huê, se trouve le parc national de Bach Ma. Son climat est comparable à celui de Da Lat, Sa Pa ou Tam Dao. Le parc est particulièrement attrayant pour les amateurs de tourisme écologique et les chercheurs. De nombreux ruisseaux limpides courent sur les flancs de la montagne et se transforment parfois en chutes pittoresques. Au centre de la station climatique, la cascade d’Argent, large de 40 m et haute de 10, forme un large rideau blanc immaculé et balayé par le vent.

Certaines personnes considèrent le Parc national de Bach Ma comme la « petite Da Lat » du Vietnam. Dans les années 1930, les Français y ont bâti un centre de villégiature d’été à plus de 1000m d’attitude.

Les visiteurs peuvent suivre des pistes originales pour découvrir la nature sauvage et contempler la beauté des paysages. Un sentier traversant la forêt vous conduit à la superbe cascade de Tri Sao. Là, il y a beaucoup d’argus aux étoiles, mais à cause de la densité de la végétation, les visiteurs ne peuvent qu’écouter le chant de ces oiseaux sans parvenir à les observer la cascade Do Quyên, un site de cette montagne verdoyante, tombe de plus de 300 m et s’étale sur 20-30m de large. Au printemps, de chaque côté, les rhododendrons en fleurs forment un immense tapis multicolore.

Au moment du mont de Bach Ma, la vue est superbe et embrasse le col des nuages, le mont de Tuy Van, la lagune de Cau Hai, parsemée de bateaux de pêche et même la cité de Huê, la nuit nichée dans l’immensité de la mer d’Orient.

En haut de la forêt, les visiteurs se rendent à Vong Hai Dai, à plus de 1450m d’altitude. Selon les responsables du parc, Vong Hai Dai est une station d’observation construite durant la guerre. Là, les visiteurs peuvent admirer la lagune de pêche de Câu Hai, l’estuaire de Tu Hiên et la plage de Lang Co, la zone urbaine de Phu Loc…

Après le voyage, les visiteurs reviennent aux villas de luxe d’architecture française qui se trouvent à l’ombre des palmiers. Ils peuvent goûter des plats délicieux et dormir profondément dans l’air froid de la forêt.

Arene_de_Tigres

L’Arène de tigres (Ho Quyen)

Dans cette arène étaient organisés des duels entre tigres et éléphants pour divertir l’empereur et les hauts dignitaires de la Cour.

Construite en 1830, sous le règne de Minh Mang, l’arène comprend deux murs d’enceinte concentriques en briques gach vo. Le premier escalier de 20 marches était réservé au l’empereur et à sa famille. Il conduit à une tribune rectangulaire d’une superficie de 96m², surélevée de 1,5m, de laquelle on aperçoit en contrebas l’enceinte de l’arène, en forme de cuvette.

Le deuxième escalier de 15 marches était réservé aux soldats et au petit peuple. L’espace entre les deux escaliers, une large porte d’accès de 9m de large et de 3,9m de hauteur livrait le passage aux éléphants. En face de la tribune, 5 cages étaient destinées aux tigres et panthères. Au-dessus de la cage du milieu, il y avait une plaque de pierre gravée des deux caractères chinois « Ho Quyen »

Le dernier combat a eu lieu en 1904, sous le règne de Thanh Thai. Ces arènes constituent un monument unique en leur genre au Vietnam, vestige des distractions impériales de la Cour de Huê.

Source_Thermale_Thanh_Tan

La source thermale de Thanh Tan

La source thermale de Thanh Tan est située à 20 km au nord de la ville de Huê.

La source thermale de Thanh Tân s’étend sur plus de 30 ha dans la commune de Phong Son, district de Phong Diên. Chaque année, cette station accueille plus de 130 000 visiteurs venus se divertir, se relaxer ou suivre une cave. Certains jours, on dénombre jusqu’à 3000 personnes.

Découverte par des scientifiques français en 1928, cette source thermale est riche en éléments minéraux comme calcium sulfate et silicium. D’une température constante de 68o c, elle est attrayante toute l’année, même au cœur de l’hiver. En été, les visiteurs apprécient particulièrement la piscine à vagues et se baignent dans l’eau tiède à l’aube ou au crépuscule.

Plage_Lang_Co

La plage de Lang Co

À environ 70 km de Huê (Centre), la plage Lang Cô est encerclée par les célèbres cols Hai Vân et Phu Gia. La mer limpide, le sable blanc, les forêts tropicales qui couvrent le flanc des montagnes ainsi que le mystérieux marais Lâp An sont quelques-uns des charmes de cette baie si attrayante aux yeux des touristes.

S’étirant sur dix kilomètres, Lang Cô est une des plus longues plages du Vietnam. Chaque année, se sont des milliers de touristes qui sont attirés par ses infrastructures de qualité et son charme paradisiaque. Avec une température moyenne de 25°C, cette plage est l’endroit idéal pour échapper à la chaleur étouffante qui règne en ville.

Au 19e siècle, sous le règne des Nguyên, Lang Cô était un petit village de pêcheurs. À l’époque, ce village s’appelait Làng Cò (village des cigognes) car au crépuscule, de nombreuses cigognes venaient y passer la nuit. Plus tard, les Français ont choisi cet endroit comme lieu de villégiature et par souci de prononciation, ils l’ont appelé Lang Cô.

La plage Lang Co est une destination idéale pour ceux qui veulent passer des vacances tran- quilles. La détente que proposent les lieux fera de votre séjour au Vietnam un moment inoubliable. La plage est souvent bondée et dans l’eau, les touristes nagent ou folâtrent joyeusement. Les plus téméraires peuvent s’adonner à d’autres activités : ski nautique, parapente, plongée sous-marine… Si vous aimez la pêche, laissez-vous dériver pour pêcher le muge dans la lagune de Lâp An. Côté gastronomie, les restaurants proposent toutes sortes de fruits de mer et de succulents poissons. Pour ceux qui aiment les excursions, de nombreux ruisseaux, torrents, gorges, lacs, blocs de rochers baignant dans une atmosphère calme et sauvage sont à découvrir.

La plage Lang Co offre une vue magnifique de la montagne encerclée. Outre la plage, Lang Co possède une faune et une flore riches et variées comme sur l’île de Ngoc (perle), où la rencontre avec des animaux sauvages – cerfs, pythons, singes…,- n’est pas rare.

Pour l’heure, la province de Thua Thiên-Huê s’attache à développer les infrastructures de la zone économique Chân Mây-Lang Co, et, surtout, des ouvrages pour le tourisme comme la protection de l’environnement maritime et de l’écosystème de ce site. Les bailleurs de fonds, tels que la Banque d’Asie pour le développement (BAD) et l’Agence française pour le développement (AFD), secondent actuellement Thua Thiên-Huê en matière d’urbanisme et de construction d’ouvrages de traitement des eaux usées et des déchets pour Lang Co.

Outre Lang Cô, la province de Thua Thien Hue possède d’au-tres belles plages immaculées comme Thuan An, Canh Duong et Chan May. Pall Stoll, ex-directeur général du site touristique Furama à Dà Nang, les surnomme « les plages du soleil levant ».

En saison chaude d’avril à la fin de juillet, la température moyenne est 25ºC à la zone de Lang Co, il y a abondamment le homard, le panaeus, le métapanaeus, la langouste, le crabe, la morue, la stromatée, l’arca sanguinolente… Auprès de là, on trouve les sites pittoresques comme la plage de Chan May (bas de Nuage), le village des pêcheurs de Lang Co, etc…

Idées de circuit, monuments historiques, vestiges culturels, sites touristiques et hôtels à Hue au Vietnam.